Accueil / Patrimoine / Castillon-Savès et son patrimoine

Castillon-Savès et son patrimoine

Retour dans l'histoire

Situé à l’extrémité Sud-Ouest du canton de L’Isle-Jourdain, Castillon-Savès domine la vallée de la Save en rive gauche.

Les seigneurs du Cogotois furent maîtres de ce lieu pendant 600 ans. Au Moyen-Age se forma un « petit pays » entre Samatan et L’Isle-Jourdain : le Cogotois, habité en partie par des « marginaux », les « Cougots ». Son premier seigneur s’installa à Castillon vers la fin du XIème siècle dans un château féodal. Les ruines de son donjon carré roman à l’ouest du village, en son encore le témoignage. A l’origine le Cogotois s’étendait approximativement sur les territoires actuels des communes de Clermont-Savès, Marestaing, Monferran-Savès, Labastide-Savès et Auradé.

Quatre familles nobles parentes se succédèrent de 1200 à 1791. La première, les Maretsang s’imposant pendant 300 ans de 1200 à 1499. En 1342 le roi de France attribua à cette famille le titre de vicomte de Cogotois, et en 1470 Géraud de Marestang fut armé chevalier par Louis XI. De par sa sagesse il fut l’un des curateurs de son suzerain Charles d’Armagnac devenu fou en 1490.

castillon savès

Sans postérité c’est un neveu, d’Astarac Fontrailles qui présida en 1499 à la destinée du Cogotois. De famille riche, puissante et protestante, les maîtres des lieux se firent remarquer par leur brutalité durant les guerres de religion. Michel d’Astarac Fontrailles fut nommé en 1576 sénéchal de L’Isle-Jourdain par Henri de Navarre, son fils Benjamin gouverneur d’Auch vers 1610, et son petit-fils Louis sénéchal de Fezensac et d’Armagnac vers 1650. Ce dernier laissa en 1677 sont titre de marquis et ses biens à Jean-Paul de Rochechouart qui, treize ans plus tard céda le Cogotois à Jean Emery de Preissac d’Esclignac issu d’une famille de valeureux militaires. Celui-ci a servi dans la compagnie des mousquetaires et fut dangereusement blessé à la bataille de Maëstricht en 1677 au cours de laquelle D’Artagnan fut tué. Sa fille Catherine épousa en 1714 au château de Castillon, Alexandre de Percin de Montguillard de la Valette fils de son voisin le châtelain de Caumont. Sa petite-fille Françoise-Madeleine née à Castillon se maria aussi au château de Castillon en 1744 avec Arnaud de Gontaud-Biron marquis de Saint-Blancard.

Enfin son arrière-petite-fille Marie de Gontaud Biron se maria elle aussi à la chapelle du château en 1766 avec Philippe Maurice de Vissec marquis de Ganges (Hérault) en présence notamment de Megret d’Entigny, intendant de la Généralité d’Auch. Henri de Preissac d’Esclignac, dernier vicomte du Cogotois, se maria en 1787 avec Marie-Elisabeth-Xavière de Saxe petite fille du roi de Pologne et nièce de Louis XVI, ce qui leur valut d’accéder au rang suprême de duc, de duchesse et de Grands d’Espagne. Certains vicomtes et membres de leur famille furent enterrés dans leur tombeau à l’emplacement de l’église actuelle de Castillon. Le duc d’Esclignac dut émigrer en 1791 au plus fort de la tourmente révolutionnaire : il était le plus riche propriétaire de la Généralité d’Auch à la veille de la Révolution. Le château fut en partie incendié par ses sujets en 1793. En 1795 une garnison de cent hommes y séjourna pour faire régner la loi républicaine dans la région de la Save peu imprégnée par l’esprit révolutionnaire. Durant plusieurs années, les ruines servirent aux Castillonnais pour construire ou augmenter leurs habitations à peu de frais. C’est ainsi qu’il ne resta plus que des soubassements voûtés sur lesquels un Monferranais, Antoine Lacroix, éleva dès 1827 une maison bourgeoise du style « Restauration Toulousaine » inventoriée et encore dénommée « Château de Castillon ».

Doc : Communes du département du Gers, arrondissement d’Auch Société Archéologique et Historique du Gers.

Petit patrimoine de Castillon-Savès

A ce jour, le village de Castillon-Savès compte parmi son patrimoine :

  • 1 église avec un clocher mur – 4 cloches : église dédiée à Saint Pierre. Elle se dresse sur une première église modeste du XIVème siècle, elle-même élevé sur l’emplacement du tombeau des vicomtes de Cogotois existant déjà au XIIIème siècle. En 1783, le dernier enterré fut le marquis Charles-Magdelaine de Preissac Fezensac d’Esclignac et de Fimarcon, décédé à Paris : y sont aussi enterrés des nobles et des prêtres. L’église a successivement été dotée d’une voûte, d’un clocher et d’un porche d’entrée. L’élégant clocher-mur actuel du XIXème siècle en forme de mitre d’évêque possède quatre cloches dont une, porte la date de 1082 (qui doit plutôt être lue 1802).
    A l’origine le cimetière était attenant à la face sud de l’église. C’est en 1892 qu’il fut transféré sur le site actuel au sud-est de l’église. Faute de prêtres depuis quarante ans, l’office religieux est encore maintenu, mais une fois par mois, par les prêtres du groupe paroissial de L’Isle-Jourdain. Le presbytère a logé des prêtres depuis 1821 jusqu’en 1963, puis fut vendu peu de temps après.
    Quatre silos à grains du XIIIème siècle en forme d’amphore de 2m de diamètre et de hauteur sont recensés au village. Pigeonnier imposant disparu : implanté au XVIème siècle, à 90m au sud du château (9m de côté et 12 m de haut), il fut endommagé à la Révolution et ses ruines démolies en 1970.
  • 1 château – maison bourgeoise avec tour carrée datant du XIème siècle (propriété privée)
  • 7 croix de fer forgé sur socle en pierre, croix en bois, à la croisé des chemins
  • 1 esplanade

Nos actualités

Suivez nous

Retrouvez nous sur notre page Facebook

A vos agendas

Labels et classifications

  • office de tourisme classé
  • label tourisle et handicap
  • petit d'artagnan
  • terra gers

Météo à l'Isle Jourdain

Météo L'Isle-Jourdain © meteocity.com